L'Afrique et l'OIAC

Avant-propos

L'Afrique est une importante partie prenante de l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). La présente publication décrit certains des avantages que la qualité de partie à la Convention (CIAC) a apportés aux États parties africains.

L'OIAC s'est fixé pour objectif de débarrasser le monde des armes chimiques et 188 États - dont 50 États Africains - ont conjugué leurs efforts pour l'atteindre. Cet objectif est consacré dans la Convention qui est entrée en vigueur le 29 avril 1997.

En janvier 2006, l'Union africaine et l'OIAC ont conclu un Mémorandum d'accord qui concrétise leur coopération constante en faveur de l'application de la Convention.

L'Afrique et les organes de l'OIAC

Les États parties africains à la Convention sur l'interdiction des armes chimiques participent activement aux travaux des organes directeurs et subsidiaires de l'OIAC. Ils apportent individuellement et collectivement une importante contribution aux activités de l'Organisation.

Le Nigéria et l'Afrique du Sud ont été élus vice-présidents de la treizième session de la Conférence et le Kenya et le Maroc ont été nommés membres du Comité de vérification des pouvoirs. Toutes ces personnalités demeureront en poste jusqu'à ce que leurs successeurs soient élus à la prochaine session ordinaire de la Conférence.

Présidents précédents ressortissants de pays africains :

     

  • S.E. Abuelgasim Abdelwahid Shiekh Idris du Soudan (douzième session, novembre 2007) ;
  • S.E. l'Ambassadeur Noureddine Djoudi d'Algérie (première Conférence d'examen, avril-mai 2003, et septième session de la Conférence, octobre 2002) ;
  • S.E.Simbarashe S.Mumbengegwi du Zimbabwe (deuxième session, décembre 1997).

Neuf États africains représentent toujours, à tour de rôle, la région Afrique au Conseil exécutif.

Du 12 mai 2009 au 11 mai 2010, ces États africains sont les suivants : Afrique du Sud, Algérie, Cameroun, Jamahiria arabe libyenne, Maroc, Mozambique, Nigéria, Soudan et Tunisie. Le coordinateur régional de ce groupe est l’Afrique du Sud et son vice-président est le Soudan.

Présidents du Conseil précédents ressortissants de pays africains :

  • S.E. Mme H.B Mkhize d'Afrique du Sud (2006-2007)
  • S.E.Abdel Halim Babu Fatih du Soudan (2001 - 2002)

L'Afrique du Sud, l'Algérie, le Maroc, Maurice, le Nigéria, le Soudan et la Tanzanie sont représentés dans des organes auxiliaires de l'OIAC, notamment à la Commission de la confidentialité, au Conseil scientifique consultatif et à l'Organe consultatif sur les questions administratives et financières.

La contribution des États parties africains est attestée par le nombre de postes de haut niveau que des ressortissants de la région occupent au sein du Secrétariat technique, notamment ceux de Directeur de la Division de la coopération internationale et de l'assistance, et de Directeur du contrôle interne.

Bienfaits que l'Afrique tire des programmes de coopération internationale et d'assistance de l'OIAC

Extraits de la Déclaration d'ouverture du Directeur général à la cinquante-sixième session du Conseil exécutif :

Le premier cours de base de chimie analytique en Afrique s'est achevé avec succès le 3 avril aux laboratoires Protechnik, à Pretoria (Afrique du Sud). Douze professionnels africains de la chimie ressortissants de 11 pays d'Afrique ont profité du cours, qui a été conjointement organisé par l'OIAC, l'autorité nationale sud-africaine, les laboratoires Protechnik en Afrique du Sud et l'Institut finlandais pour la vérification de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques (VERIFIN).

Ce cours revêt une importance particulière pour l'OIAC, car il s'agissait de la première activité couverte par le Programme pour l'Afrique visant à fournir une assistance à des ressortissants d'États d'Afrique dans une institution africaine. Je tiens à remercier sincèrement le Gouvernement sud-africain ainsi que les laboratoires Protechnik d'avoir accueilli le cours, de même que le Conseil sud-africain pour la non-prolifération des armes de destruction massive pour l'appui qu'ils ont apporté à cet événement. Ils ont non seulement appuyé l'événement mais continuent d'apporter un appui fort au Secrétariat technique. J'aimerais également adresser mes remerciements à l'Institut VERIFIN et au Gouvernement finlandais pour leur coopération dans cette activité importante.

Par ailleurs, je voudrais également appeler l'attention sur le fait que la Division de la coopération internationale et de l'assistance continuera d'organiser des activités au titre du Programme pour l'Afrique afin d'offrir un appui sur mesure et ciblé aux États parties d'Afrique, pour leur permettre d'accroître leurs capacités nationales ainsi que de mettre efficacement en oeuvre les dispositions de la Convention.

Pendant l'intersession et dans le cadre du Programme d'appui aux conférences, il a été décidé d'appuyer huit conférences dans les pays suivants : Afrique du Sud, Autriche, Brésil, Chine, Croatie, Inde, Slovénie et Swaziland. Parallèlement, le Secrétariat technique a parrainé cinq candidats d'Afrique au titre du Programme d'aide aux laboratoires afin qu'ils participent à un cours sur l'exploitation et l'interprétation des spectres CPG-SM au Département de chimie de l'Université d'agriculture et de technologie Jomo Kenyatta, à Nairobi (Kenya) du 2 au 6 mars 2009. Ce cours a été organisé par le Réseau panafricain de chimie, établi au Kenya, avec le concours de la Royal Society of Chemistry du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord.

Quatre stagiaires du Burkina Faso, de l'Équateur, de Madagascar et du Nigéria ont bénéficié d'un appui au titre du Programme d'appui aux stages, tandis que le quinzième Comité d'examen des projets de recherche a étudié 25 des 45 projets de recherche transmis par le truchement de la Fondation internationale pour la science, établie en Suède. À cet égard, j'aimerais exprimer ma gratitude à la Fondation et aux institutions qui l'appuient pour leur coopération constante et précieuse avec notre Organisation. En effet, comme vous pouvez le constater, plusieurs institutions continuent d'apporter un appui précieux à l'OIAC et je crois que nous – États membres et Secrétariat – leur en sommes tous profondément reconnaissants.

En date du 18/11/2016, la région Afrique a bénéficié des programmes de coopération internationale de l'OIAC de diverses manières, comme suit ( les chiffres mondiaux sont indiqués entre parenthèses) :

  • 218 spécialistes de la chimie analytique formés (sur un total mondial de 532)
  • 172 participants au Programme des scientifiques associés pour l’Afrique (sur 424)
  • 694 participants à l’appui aux conférences d’Afrique (sur 2 231)
  • 79 stagiaires africains (sur 134)
  • 60 manifestations d'appui aux conférences en Afrique (sur )
  • 48 d’assistances aux laboratoires d'Afrique (sur 92)
  • 179 projets de recherche en Afrique (sur 503)
  • 81 d’échanges d'équipements en Afrique (sur 153)
  • Total de personnes et d'installations bénéficiaires en Afrique : 1 536 (sur un total mondial de 4 710)

Assistance et protection contre les armes chimiques

En matière d'assistance et de protection contre les armes chimiques, une équipe du Secrétariat technique a effectué avec succès une visite initiale en Tunisie les 26 et 27 février 2009 en vue des préparatifs de l'exercice Assistex III sur la fourniture d'une assistance, qui devrait avoir lieu en Tunisie en 2010.

Au cours du dernier trimestre, diverses activités ont également été menées dans le domaine de l'appui à l'application de la Convention. Un cours sous-régional de formation destiné aux autorités douanières d'Afrique orientale et australe sur les aspects techniques du régime des transferts de la Convention s'est tenu dans le cadre du Programme pour l'Afrique avec l'appui financier des Pays-Bas et de la Norvège, à Dar es-Salaam (Tanzanie) début mars.

Pendant la même période, un cours national de formation à l'intention de fonctionnaires des douanes de l'administration fiscale du Malawi, qui traitait également des aspects techniques du régime des transferts de la Convention, a eu lieu à Blantyre (Malawi). Le Secrétariat technique a aussi participé à la cinquième réunion des partenaires de l'initiative "Douanes vertes", qui s'est tenue à Bruxelles (Belgique) les 26 et 27 janvier 2009.

Du 23 au 27 mars, le Secrétariat technique, en coopération avec l'autorité nationale française, a organisé un cours de formation de base à l'intention des autorités nationales des cinq groupes régionaux. Je remercie la France pour ce cours qui s'est traduit par d'excellents résultats et auquel ont assisté 25 participants, ainsi que pour son appui précieux à d'autres activités.

Avec la notification de la désignation de l'autorité nationale du Congo, le nombre d'autorités nationales s'élève à 179. Il reste donc sept États parties qui n'ont pas encore notifié à l'OIAC la désignation de leur autorité nationale. L'Indonésie a fourni des informations dans lesquelles elle précise que sa législation de mise en oeuvre couvre tous les domaines clés. Trois autres États parties – la Belgique, le Burundi et le Libéria – ont informé le Secrétariat de l'entrée en vigueur de législations d'application promulguées par leur parlement.

Vers le haut

État de la participation africaine à la CIAC

États africains parties à la CIAC

No. État membre Signature Ratification ou adhésion Entrée en vigueur de la CIAC
1 Afrique du Sud 14/01/1993 13/09/1995 29/04/1997
2 Algérie 13/01/1993 14/08/1995 29/04/1997
3 Angola _ 16/09/2015 16/10/2015
4 Bénin 14/01/1993 14/05/1998 13/06/1998
5 Botswana _ 31/08/1998 30/09/1998
6 Burkina Faso 14/01/1993 08/07/1997 07/08/1997
7 Burundi 15/01/1993 04/09/1998 04/10/1998
8 Cameroun 14/01/1993 16/09/1996 29/04/1997
9 Cap-Vert 15/01/1993 10/10/2003 09/11/2003
10 Comores 13/01/1993 18/08/2006 17/09/2006
11 Congo 15/01/1993 04/12/2007 03/01/2008
12 Côte d'Ivoire 13/01/1993 18/12/1995 29/04/1997
13 Djibouti 28/09/1993 25/01/2006 24/02/2006
14 Érythrée _ 14/02/2000 15/03/2000
15 Éthiopie 14/01/1993 13/05/1996 29/04/1997
16 Gabon 13/01/1993 08/09/2000 08/10/2000
17 Gambie 13/01/1993 19/05/1998 18/06/1998
18 Ghana 14/01/1993 09/07/1997 08/08/1997
19 Guinée 14/01/1993 09/06/1997 09/07/1997
20 Guinée équatoriale 14/01/1993 25/04/1997 29/04/1997
21 Guinée-Bissau 14/01/1993 20/05/2008 19/06/2008
22 Jamahiriya arabe libyenne _ 06/01/2004 05/02/2004
23 Kenya 15/01/1993 25/04/1997 29/04/1997
24 Lesotho 07/12/1994 07/12/1994 29/04/1997
25 Libéria 15/01/1993 23/02/2006 25/03/2006
26 Madagascar 15/01/1993 20/10/2004 19/11/2004
27 Malawi 14/01/1993 11/06/1998 11/07/1998
28 Mali 13/01/1993 28/04/1997 29/04/1997
29 Maroc 13/01/1993 28/12/1995 29/04/1997
30 Maurice 14/01/1993 09/02/1993 29/04/1997
31 Mauritanie 13/01/1993 09/02/1998 11/03/1998
32 Mozambique _ 15/08/2000 14/09/2000
33 Namibie 13/01/1993 27/11/1995 29/04/1997
34 Niger 14/01/1993 09/04/1997 29/04/1997
35 Nigéria 13/01/1993 20/05/1999 19/06/1999
36 Ouganda 14/01/1993 30/11/2001 30/12/2001
37 République centrafricaine 14/01/1993 20/09/2006 20/10/2006
38 République démocratique du Congo 14/01/1993 12/10/2005 11/11/2005
39 République-Unie de Tanzanie 25/02/1994 25/06/1998 25/07/1998
40 Rwanda 17/05/1993 31/03/2004 30/04/2004
41 Sao Tomé‑et‑Principe _ 09/09/2003 09/10/2003
42 Sénégal 13/01/1993 20/07/1998 19/08/1998
43 Seychelles 15/01/1993 07/04/1993 29/04/1997
44 Sierra Leone 15/01/1993 30/09/2004 30/10/2004
45 Somalie _ 29/05/2013 28/06/2013
46 Soudan _ 24/05/1999 23/06/1999
47 Swaziland 23/09/1993 20/11/1996 29/04/1997
48 Tchad 11/10/1994 13/02/2004 14/03/2004
49 Togo 13/01/1993 23/04/1997 29/04/1997
50 Tunisie 13/01/1993 15/04/1997 29/04/1997
51 Zambie 13/01/1993 09/02/2001 11/03/2001
52 Zimbabwe 13/01/1993 25/04/1997 29/04/1997

États africains qui n'ont pas signé la CIAC ou qui n'y ont pas adhéré

No. État
1 South Sudan
2 Égypte

Clause de non-responsabilité

Les appellations employées dans la présente publication et la présentation des données qui y figurent n'impliquent de la part de l'OIAC aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites.

Publié par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques
Service des relations avec les médias et le public, Division des relations extérieures
Johan de Wittlaan 32 -- 2517JR La Haye (Pays-Bas)
media@opcw.org | www.opcw.org