Publications

L'essentiel
Bref historique de la Convention, Bref historique de l'emploi des armes chimiques, Brève description d'une arme chimique, Histoire du désarmement chimique, Armes chimiques : Étapes marquantes de leur emploi et de leur interdiction, La Convention sur les armes chimiques et l'OIAC, Quels sont les produits chimiques réglementés ?, Mise en oeuvre du régime, Responsabilités des États parties, Destruction/conversion, Non-prolifération, Vérification par l'OIAC, Appui à la mise en œuvre de la Convention, Assistance en matière législative, Coopération internationale, Assistance et protection, Universalité de la Convention, Glossaire
Faits et chiffres
Ce bref aperçu de la CIAC et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques l'institution de surveillance chargée de sa mise en œuvre permet de comprendre comment les États parties à ce traité de désarmement traduisent dans les faits, et de façon vérifiable, leur engagement solennel à renoncer aux armes chimiques.

Onze années seulement après son entrée en vigueur en 1997, la CIAC a déjà attiré 190 États parties. 2 autres pays (États signataires) ont signé la CIAC, apportant ainsi leur appui politique aux objectifs et aux principes de la Convention et s'engageant ainsi à ne pas en compromettre les objectifs. Seuls 4 États (non signataires) de par le monde restent en dehors de la CIAC. Il importe au plus haut point que ces derniers y adhèrent d'urgence pour assurer une interdiction complète des armes chimiques et pour bénéficier de la sécurité et des avantages économiques qu'offre l'appartenance à l'OIAC.

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques vise à l'élimination complète des armes chimiques dans le monde entier. L'OIAC a pour mission principale de vérifier la destruction de toutes les armes chimiques existantes et de prendre les mesures propres à mettre fin à la fabrication d'armes chimiques. L'OIAC fournit une assistance et une protection à tout Etat partie faisant l'objet de menaces ou d'attaques à l'arme chimique. Elle œuvre également à la promotion de la coopération internationale dans le domaine de l'utilisation pacifique de la chimie.


Les sept États parties (Albanie, États-Unis d'Amérique, Fédération de Russie, Inde, Iraq, Jamahiriya arabe libyenne et un État partie) qui ont déclaré des armes chimiques doivent détruire 8,67 millions d'éléments, y compris des munitions et conteneurs représentant au total 72 524 tonnes d'agents chimiques extrêmement toxiques. L'Albanie, l'Inde et un troisième État ont détruit complètement leurs stocks déclarés d'armes chimiques. À titre de comparaison, une gouttelette d'agent neurotoxique, pas plus grosse qu'une tête d'épingle, suffit à tuer un adulte en quelques minutes après exposition.

L'OIAC vérifie que le processus de destruction est irréversible. Parallèlement, pendant la destruction des armes chimiques, les États parties doivent accorder la plus haute priorité à la sécurité des personnes et à la protection de l'environnement.

61 608 (soit 84,95 pour cent) des 72 524 tonnes des stocks mondiaux déclarés d'agents chimiques ont été détruits sous vérification. (Au 31/08/2014)

4,97 (soit 57,32 pour cent) des 8,67 millions de munitions et conteneurs chimiques visés dans la CIAC ont été détruits sous vérification. (Au 31/08/2014)

  • D'avril 1997 au 30/06/2014, l'OIAC a effectué 5 545 inspections sur le territoire de 86 États parties, y compris 2 728 inspections de sites industriels. 2 024 sites industriels ont été inspectés sur un total de 5 384 sites déclarés.
  • 4 913 installations industrielles dans le monde sont sujettes à inspection.